Quand monsieur Macron dénigre son pays

Je ne sais pas si chacun a mesuré la gravité des propos d’Emmanuel Macron en Algérie quand il a parlé de la colonisation comme crime contre l’humanité.

  

Avec ces mots, il a stigmatisé son propre pays, celui dont il prétend conduire les destinées, en le mettant au même rang que l’Allemagne nazie, la dictature stalinienne ou les Khmers rouges de Pol Pot.

  

C’est une véritable gifle pour les pieds-noirs qui ont pendant plus d’un siècle apporté l’éducation, les sciences et les techniques, qui ont défriché les terres et dessiné les routes de ces terres d’Algérie.

    

On aurait pu croire à un dérapage verbal si monsieur Macron n’était pas un récidiviste dans cet exercice, lui qui a aussi déclaré qu’ « il n’y a pas de culture française, mais qu’il y a des cultures en France ».

En disant cela, il raye d’un trait de plume le génie d’un Racine, d’un Voltaire, d’un Baudelaire, d’un Rostand, pour se soumettre au diktat de la sous-culture made in Hollywood ou des rythmes frénétiques de la culture métissée et mondialisée.

       

Monsieur Macron se dit ni de droite, ni de gauche, mais on peut se demander s’il n’est pas aussi « ni de France ».