Effet de loupe sur le programme de Benoit Hamon

Immigration, cannabis, PMA,.... Benoit Hamon c'est la France du laxisme

Peu soucieux de créer un appel d’air, Benoît Hamon souhaite mettre en place une politique pro-migrants. Il veut ainsi verser une allocation d’insertion pour les migrants, sans en préciser le montant, et donner une autorisation de travailler aux demandeurs d’asile après trois mois de présence sur le territoire.

 

De même, il propose la création d’un visa humanitaire donnant un accès légal et sécurisé au territoire français pour un accueil et une protection temporaire des réfugiés de guerre, de la répression, de la détresse économique ou climatique.

  

« Nous n’avons pas été à la hauteur, nous avons accueilli si peu de migrants », déplore-t-il sur BFMTV, le 15 janvier dernier, alors même que la France ne parvient pas aujourd’hui à absorber les flux migratoires.

  

Enfin, Benoît Hamon n'impose aucune barrière à la société et se positionne en faveur de la légalisation du cannabis et de l’ouverture d’une PMA à tous. Arnaud Montebourg a fait ouver­tement savoir son désaccord quant à la dépénalisation du cannabis, tout comme Manuel Valls sur BFMTV, le 15 janvier dernier, et de s’alarmer sur cette proposition : « Il faut des interdits dans une société, des règles. Nous connaissons les effets du cannabis sur les plus jeunes ».

 

...Et des ambiguïtés sur la question de la laïcité

En décembre dernier, une vidéo montrant un café à Sevran où les femmes sont interdites, avait choqué toute la France. Mais pas le candidat socialiste qui relativise ces images, estimant que l’absence de femmes n’est pas un phénomène nouveau et pas spécifique à des cafés tenus par des musulmans. "Historiquement dans les cafés ouvriers, il n’y avait pas de femmes" se justifie-t-il tout simplement.

 

Pour lui, ce phénomène relève avant tout de la ques­tion sociale plutôt que religieuse :  « Le problème c’est que quand vous faites, en France, plus souvent l’expé­rience de l’inégalité que de l’égalité, de la contrainte que de la fraternité et bien vous vous dites, à un moment, […] « Vivre ensemble en France, ça ne marche pas donc je choisis l’entre-soi » (France 3, Dimanche en politique, 18 décembre 2016).

 

Pour lui, «la République est coupable du fait qu’il y ait des discrimina­tions et qu’il y ait des espaces confisqués aux femmes» (BFMTV, Bourdin Direct, 19 décembre 2016).

 

Dans les rangs socialistes, ses prises de position ne passent pas vrai­ment. Ainsi, interrogé par 20 Minutes, le 24 janvier dernier, le député Malek Boutih déplorait son attitude : « Benoît Hamon est en résonance avec une frange islamo-gauchiste et fait un appel du pied électoral ».

 

Le même jour sur France Info, Manuel Valls renchérissait : « Il y a des ambi­guïtés et des risques d’accommodements de sa part ».