Métropole du Grand Paris  comme un défi au bon sens

 

Depuis le 1er janvier, la Métropole du Grand Paris est en place. quatre départements, 132 communes, 7 millions d’habitants, cette nouvelle structure rajoute une couche au mille-feuille territorial sans en supprimer une seule.

 

Comme l’a dit Valérie Pécresse fraichement élue à la tête de la Région Ile-de-France : « Ce n’est plus un mille feuille, c’est une pièce montée. La métropole du Grand Paris est un contre-sens historique et une aberration administrative et économique".

   

Sans parler de l’incohérence de son découpage, l’aéroport de Roissy et le plateau de Saclay en sont exclus, c’est en plus une coquille vide, privée de compétences stratégique comme celle des transports.

  

Qui plus est, elle est vidée d’une grande partie de son contenu par le gouvernement, furieux de voir la droite s’emparer de la majorité des sièges grâce à ses victoires électorales de 2014 et 2015.

 

Cette structure, qui a déjà recruté des centaines de fonctionnaires, était en effet promise à M. Bartolone avant qu’il n’aille perdre la région Île-de-France.

Une région Île-de-France qui devrait être la solution naturelle pour fondre cette métropole sans cohérence, sans ressources et sans projet.