Elargir les capacités d'intervention des forces de l'ordre : les socialistes esquivent !

 

 

 

 

 

 

 

Les attentats tragiques qui ont frappé la France début et fin 2015 sont venus dramatiquement démontrer le risque inédit de menace terroriste, la détermination de nos ennemis à frapper sur le sol national, ainsi que leur capacité à se déplacer armés sur le territoire national.

  

Nos forces de l’ordre sont le premier rempart contre cette violence terroriste et contre la criminalité en général. Mais le cadre légal dans lequel elles évoluent ne semble plus pleinement adapté. Il importe donc de prendre tous les moyens pouvant renforcer leurs capacités à répondre à la menace et à conduire les investigations nécessaires.

  

C’est la raison pour laquelle le Groupe des députés Les Républicains a choisi d’inscrire à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale, une proposition de loi qui consiste à :

       

- assouplir le cadre légal de l’usage des armes pour les forces de l’ordre ;

- faciliter les fouilles de véhicules et de bagages ainsi que celui des contrôles d’identité ;

- permettre aux policiers et gendarmes de porter leur arme en-dehors du service.

  

Alors que l'on pouvait espérer que la Majorité socialiste se souviendrait, lors de l’examen de ce texte, de l’unité nationale à laquelle elle convie si souvent l’opposition le Groupe Les Républicains a été plus que déçu en commission.

  

En effet, la majorité socialiste a appelé à supprimer chacun des articles de la proposition de loi, au motif assez fallacieux que le futur projet de loi pénal « Criminalité organisée », actuellement en examen au Conseil d'État, viendrait résoudre tous les problèmes. Voilà qui est un peu court !

   

D’autant que l’on a appris à ne pas croire les socialistes sur parole !