Notation positive : zéro pointé !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après avoir démantelé le collège, contre l’avis quasi-unanime du corps enseignant, Madame Najat Vallaud-Belkacem poursuit avec son sourire impénétrable, son travail de démolition des derniers fondamentaux de l’éducation nationale.

Sa dernière trouvaille est la notation positive.

 

Dès septembre 2016, les élèves du CP à la 3e ne seraient plus notés de 0 à 20 mais sur une échelle de 1 à 4. Derrière cette nouvelle initiative, toujours la même idéologie : sortir d’un système qui sanctionne pour passer à un système qui encourage.

 

Adieu le zéro traumatisant pour le cancre patenté, bienvenue dans un monde bienveillant dans lequel tout esprit de compétition est exclu.

Qu’importe si la société repose de plus en plus sur le culte du résultat et la confrontation, nos chers petits vont pouvoir aller massivement à l’université sans être évalués ni sélectionnés en fonction de leur niveau et de leur compétence.

 

Tout cela est très inquiétant au regard de l’évolution du monde et de la dégringolade du système éducatif français dans tous les classements internationaux. Mais cela n’émeut pas notre jeune ministre qui impose ses vues envers et contre tous, comme la réforme du collège, laquelle entrera en vigueur à la rentrée 2016.

    

Quand s’achèvera la parenthèse socialiste, espérons-le ardemment dès le printemps 2017, il faudra un ministre de l'Éducation audacieux et courageux pour remettre en place les fondamentaux indispensables :

           

- que les enseignements disciplinaires priment sur les compétences transversales,

- que l'histoire soit apprise comme une connaissance du passé ne pouvant se passer de récit et de continuité,

- que les langues anciennes soient étudiées comme une matière à part entière et non une aimable initiation.

                      

Pour la génération qui arrive, il est plus que temps, s’il en est encore temps…