Affaire Maryvonne : le monde à l'envers

J’ai été ému, comme beaucoup d’entre vous, par la détresse de

Maryvonne Thamin, cette veuve, infirme et mal-voyante de 83 ans, empêchée par la justice de récupérer sa maison de Rennes occupée par une bande de squatteurs. Elle a découvert, à ses dépens, qu’aujourd’hui la loi en France méprise les propriétaires au détriment de ceux qui pénètrent par effraction, occupent sans titre et, quand ils repartent, laissent le bien immobilier dans un état indescriptible.


Car aujourd’hui, la loi DALO (Droit au logement opposable), votée dans les derniers mois du gouvernement Villepin en 2007 – avant que je ne sois élu député – ne donne à un propriétaire que 48 heures pour demander à la police de faire évacuer des squatteurs, sinon il doit s’en remettre à la justice, dont on connait la lenteur, pour ne pas dire plus…


Il a fallu ce drame humain pour qu’il y ait une prise de conscience collective, pas à gauche bien entendu, mais au moins à droite avec la proposition de loi visant à créer un « délit d’occupation sans titre » portée par le député des Républicains Julien Aubert.

Mais la gauche, pourtant toujours prompte à défendre la veuve et l’orphelin, va-t-elle la voter ?