Communiqué de Stéphanie Von Euw, Claude Bodin, Jacqueline Eustache-Brinio ; conseillers régionaux

"Les élections régionales se gagneront sur la base d’un projet crédible, concret et efficace !"


Les élections départementales de mars, si elles consacrent la victoire sans appel de l’UMP, notamment dans le Val d’Oise, ne doivent pas faire oublier le contexte de défiance qui s’est fortement exprimé au travers de l’abstention et du vote FN.

 

C’est la raison pour laquelle, face à l’enjeu majeur que représentent les élections régionales des 6 et 13 décembre prochain, après 17 ans de présidence de gauche qui se termine en vaudeville entre le Président socialiste sortant, ses vice-Présidentes et la maire de Paris, dans une fin de règne assez pitoyable, nous avons engagé avec Valérie Pécresse, un grand mouvement d’écoute et d’immersion au sein des territoires et auprès des acteurs économiques, sociaux, associatifs et culturels du Val d’Oise afin de poser les premières réflexions d’un projet crédible, concret et efficace, qui permettra de répondre aux besoins des Val d’Oisiens et leur donnera les moyens de juger la nouvelle majorité sur ses actes et ses résultats.

 

Ainsi, après les syndicats de police, les représentants de la Fédération

Hospitalière de France (FHF) dans le Val d’Oise, le Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie, le Président de la Fédération Française du Bâtiment, nous rencontrerons dans les prochaines semaines les représentants des usagers des transports en commun, des bailleurs sociaux et des professionnels du logement ainsi que les acteurs institutionnels du Val d’Oise comme le Président du Conseil départemental et les représentants du Comité d’Expansion Économique du Val d’Oise.

 

A l’issue de ces échanges, nous dresserons un premier bilan des enjeux et des attentes des Val d’Oisiens vis à vis de la région Île-de-France.

Il ressort dores et déjà, à la fois de notre expérience en tant que conseillers régionaux et de nos rencontres, une très forte inquiétude de fracture territoriale, en raison de la création de la métropole du Grand Paris, du sentiment de déclassement lié au fait d’appartenir à la grande couronne, vécue par beaucoup comme une condamnation à subir un maximum de contraintes (transports, éloignement de l’emploi, manque d’infrastructures, nuisances environnementales) face à Paris perçue comme métropole dominatrice, hautaine et faisant peu de cas des « banlieusards » considérés comme des Franciliens de seconde zone.

 

L’alternance proposée par Valérie Pécresse et celle que nous porterons avec elle pour le Val d’Oise aura vocation à faire de la région le partenaire de TOUS les Franciliens, ce qui exige proximité,

simplicité et réactivité.

Tout le contraire de ce que nous connaissons depuis 17 ans.