Élections partielles ; remettons les pendules à l'heure !

Législative du Doubs, municipales d'Ajaccio et de Louveciennes

Dans la législative partielle du Doubs, le candidat UMP, Charles Demouge, ne s'est malheureusement pas qualifié pour le deuxième tour, en raison de la très forte abstention qui est passée de 40 % à 60 %, entre 2012 et aujourd'hui.

Dans cette circonscription fortement ancrée à gauche, c'est l'élimination du candidat PS qui aurait été une surprise.

En 2012, l'UMP était arrivée 3e. C'est encore le cas, aujourd'hui.

 

Présenter cette partielle comme un succès pour le PS et un échec pour l'UMP est une manière tronquée de lire ces résultats :

- d'une part, Frédéric Barbier (PS) perd 12 points par rapport à 2012 (chutant de 40,8 % à 28,8 %)- d'autre part, Charles Demouge (UMP) progresse de 3 points (passant de 23,2 % à 26,5 %) ;

- plus significatif encore de l'effondrement du PS, son candidat perd 55% de ses voix de 2012 (soit 9 000 voix de moins).

 

La seule constante de ce week-end électoral est, une nouvelle fois, l'effondrement de la gauche dans toutes les partielles :

- à Ajaccio, le député-maire UMP, Laurent Marcangeli, a été réélu avec 12 points de plus qu'en mars dernier (59,3 %), tandis que le candidat de la gauche unifiée, Simon Renucci a perdu 5 points ;

- à Louveciennes (Yvelines), le maire UMP, Pierre-François Viard a été réélu dès le 1er tour avec 11 points de plus qu'en mars dernier (52 %), tandis que le candidat de la gauche, Pascal Lepetre a perdu 2 points.