De la République à la Nation

Une voiture de Police mitraillée devant Charlie Hebdo
Une voiture de Police mitraillée devant Charlie Hebdo

En ce début 2015, il serait de bon ton de vous présenter mes vœux, vous souhaitant bonheur, santé, prospérité et réussite.

 

Bien entendu, c’est tout le bien que je vous souhaite, mais je ne peux oublier que ce début d’année est encore sous le choc d’une agression terroriste d’une brutalité inouïe.

 

En massacrant à coup de feu l’équipe de dessinateurs de Charlie Hebdo, trois policiers et nos compatriotes israélites dans un supermarché casher, les trois fanatiques islamistes ont frappé notre pays dans ce qu’il a de plus précieux : sa liberté de parole et sa liberté de conscience.

 

Comme le 11 septembre a touché l’Amérique au cœur de sa puissance politique et financière, les 7 et 9 janvier, chacun d’entre nous s’est senti visé, d’où cette réaction spontanée de millions de gens, rassemblés sur les places, dans les rues, pour dire non à la barbarie et défendre la liberté d’expression, un droit universel.

 

Une fois l’émotion passée (même si personne n’oubliera ces heures tragiques), une fois la ferveur de la communion nationale retombée, chacun aura compris qu’une guerre est déclarée et qu’à tout moment peuvent surgir de nouveaux guerriers et tomber de nouvelles victimes innocentes.

 

La vraie question est de savoir si notre pays, notre régime démocratique est armé pour cette guerre.

 

Depuis des années, l’islamisme radical a essaimé des terroristes en puissance dans nos villes, dans nos banlieues, dans les ghettos urbains dans lesquels nous avons entassé des populations déracinées, acquérant à peu de frais la nationalité française, avec tous les avantages d’une République dont beaucoup méprisent les valeurs et rejettent les règles.

 

Aujourd’hui, si l’on veut gagner cette guerre contre l’islam radical et l’intolérance, deux conditions sont nécessaires :

  • Que les autorités de la religion musulmane en France, dont la quasi-totalité des pratiquants ne désire que vivre et pratiquer son culte en paix, fasse son propre ménage au sein des mosquées qui abritent des prédicateurs incontrôlés,

  • Que la République française se dote de moyens juridiques et matériels pour empêcher que des jeunes formés au jihad ne reviennent en France en ne risquant au pire qu’une ou deux années de prison, dans laquelle ils pourront se préparer tranquillement à la mise en œuvre de leur projet de terreur et de mort.

Nous avons la chance de vivre en France dans une République dans laquelle la liberté est une vertu sacrée. Au nom de cette liberté, nous avons laissé pendant trop d’années se déliter la plupart des valeurs qui fondaient cette République.

 

Nous avons laissé le communautarisme gangrener nos banlieues, alors que seule devrait exister la communauté nationale.

 

Nous avons laissé insulter le drapeau tricolore et l’hymne national, alors que c’est en leur nom que nos pères ont sacrifié leur vie pour notre liberté.

Nous avons laissé brader la nationalité française alors qu’être français et plus encore le devenir doit être une fierté et un honneur.

 

Nous avons laissé les élèves prendre le pouvoir face aux enseignants dans beaucoup de collèges et de lycées, alors que l’école devrait être un lieu sacré de la transmission du savoir et des valeurs de la République.

 

Alors, si je devais faire un seul vœu en ce début d’année, au moment où un sursaut populaire a rassemblé tous les défenseurs de nos valeurs entre la République et la Nation, mais également à l'occasion de nombreuses cérémonies en province et dans le Val d'Oise comme à Pontoise, à l'Île Adam ou encore à Eaubonne ; c’est que notre pays retrouve enfin sa voie.

 

Celle d’une république plus forte et plus exigeante,

Celle d’une nation plus digne et plus fière,

Celle de la France que nous ont légué nos pères,

Celle de la France que nous voulons garder pour nos enfants.