Formation des enseignants le mercredi : l’Etat doit payer !

 

Des enfants fatigués voire déboussolés pour les plus jeunes d’entre eux, des enseignants qui doivent s’adapter et des parents contraints de s’organiser, tel est le premier bilan de la réforme des rythmes scolaires imposée par l’Etat.

 

Alors que cette réforme se met douloureusement en place, au prix d’une surcharge de travail sans précédent pour les services municipaux, sans parler du coût en tant que tel qu’il représente  à la charge des villes, nous pensions que nous avions touché le fonds en terme d’interprétation et de mépris de l’Etat envers les élus locaux.

 

Et bien non ! Non content d’avoir lourdement désorganisé les      services scolaires de toutes les villes de France, le Ministère de l’Education Nationale n’a rien trouvé de mieux que d’imposer     le mercredi 15 octobre comme journée de formation à tous les enseignants, sans aucune concertation bien entendu.

 

Or quel est l’objet de la réforme des rythmes scolaires ?

 

Précisément de faire travailler les enfants le mercredi matin ! Résultat : une matinée de plus que les communes vont devoir prendre à leur charge puisque, évidemment, l’Education Nationale n’a rien prévu en ce qui concerne la prise en charge des enfants…

 

Cela n’et plus possible. Il est temps de dire stop à tant de mépris des collectivités locales et de faire respecter l’Etat de droit.