La nouvelle guerre scolaire

Que penserait Jules Ferry de ce qu'est devenue l'Education Nationale ?
Que penserait Jules Ferry de ce qu'est devenue l'Education Nationale ?

 

L’un des premiers chantiers à entreprendre dès notre retour au pouvoir, sera certainement celui de l'Éducation nationale que la gauche continue consciencieusement à verrouiller en dépit de la chute régulière de notre pays dans les classements comparatifs.

 

Les 87,9% de réussite au baccalauréat, record historique, ne sont pas le signe d’un « bon cru » (!!) dont peut s’enorgueillir le gouvernement, mais le constat que ce diplôme est en train de perdre le peu de valeur qui lui restait.

 

Et l’on peut imaginer qu’en mettant en œuvre leurs dernières idées comme l’interdiction du redoublement ou la suppression des notes dans le secondaire, le ministre de l'Éducation nationale et les fossoyeurs de la pensée n’auront plus qu’à porter en terre cet examen qui reposait sur deux piliers : un juste système de notation pour évaluer des capacités et un diplôme qui se mérite.

 

Requiescat In Pace, RIP, comme disent les jeunes utilisant sans le savoir leurs derniers rudiments de latin.