Projet de loi "famille" : la vigilance s'impose

La discussion sur la loi famille, dont l'examen à l'Assemblée nationale avait été interrompu, grâce à l'opposition du groupe UMP, au printemps puis la semaine dernière, va être reprise à la rentrée.

 

Pour le ministre Le Guen, "Cette loi a été bloquée par des ultras (sic) mais elle est très utile aux familles françaises, (aux) familles recomposées, elle parle de l'autorité parentale dans des couples séparés, du statut beau-parent, de choses concrètes".

 

Mais chacun sait que le vrai débat est celui de l’introduction de la procréation médicalement assistée (PMA) ou de la gestation pour autrui (GPA) qu’une partie de la gauche veut réintroduire dans le texte par voie d’amendement, sous la pression permanente de certains lobbies.

Le Gouvernement a assuré qu’il s’y opposerait, mais comment peut-on le croire, au vu des déclarations de campagne de certains ministres pendant la campagne présidentielle.

 

Avec une cote de confiance descendue à 15% chez certains instituts, que peut imaginer François Hollande pour se redonner de l’air, sinon une réforme sociétale ?

D’où notre vigilance renforcée sur ce texte qui pourrait en cacher un autre.