Loi Duflot : à peine adoptée, déjà démantelée

 

Votée en mars dernier, la loi « Alur » pour l'Accès au logement et un urbanisme rénové ou encore « loi Duflot », du nom de l'ancienne ministre du Logement pourrait être vidée de son contenu avec les décrets d’application, de l’aveu même du Premier ministre.

 

Pour rappel, parmi les mesures phares de cette loi, on retrouve notamment l'encadrement des loyers ainsi que la mise en place d'une garantie universelle des loyers.  

Tout laisse à croire que le gouvernement va renoncer à l’encadrement des loyers (sauf dans Paris intra-muros), dont beaucoup pensent qu’il produire l’effet inverse de ce qui est attendu : « Le gouvernement a pris conscience des risques, il a très peur que le loyer faible d’un retraité locataire de longue date augmente de 10% et que le loyer du trader payant cher une location de standing baisse », assure un professionnel.
Quant à la g
arantie universelle des loyers, personne ne cerne réellement son coût ni qui va payer au final. De plus certains craignent qu’elle soit un encouragement pour les mauvais payeurs, ce qui pourrait renforcer les inquiétudes des propriétaires et les encourager à retirer les biens du marché.

 

Une fois encore, le gouvernement a fait la preuve avec ce texte d’une impréparation et d’une vision totalement idéologique des choses. Et une fois encore il va être obligé de reculer, avant même de d’être heurté au mur de la réalité.

Et pendant ce temps, en matière de construction de logements, 2014 s'annonce encore plus mauvais que 2013, où 331 867 logements avaient été construits, loin des 500 000 par an promis par François Hollande.