Que le gouvernement travaille plutôt que de faire de la com' !

 

Après « l'inversion de la courbe fin 2013 » de François Hollande, puis le  « il faudra qu'il y ait moins de chômeurs à la fin de l'année 2014 » de Michel Sapin, voilà le « il faut que, quand nous arriverons vers la fin de ce quinquennat, il y ait moins de 3 millions de chômeurs » de François Rebsamen…

 

Plus les acteurs passent, plus les échecs s'amassent, plus les objectifs sont lointains. Ce qui était promis « coûte que coûte » pour 2013 est repoussé à 2017… Quel aveu d'échec !

 

A noter que l'objectif de François Rebsamen manque tristement d'ambition : repasser en dessous de la barre des 3 millions de demandeurs d'emploi en catégorie A, c'est revenir au niveau du chômage d'août 2012.

 

Autrement dit, François Rebsamen entérine l'idée que François Hollande laisserait à son successeur en 2017 un niveau de l'emploi plus mauvais que celui qui lui a été légué en 2012.

 

Quand ce gouvernement va-t-il cesser de faire de la com' pour agir enfin ? Il est inacceptable de se fixer des objectifs sans s'en donner les moyens : promettre de baisser le chômage sans faire une politique qui permette de relancer la croissance ou d'assouplir le marché du travail, c'est faire miroiter de faux espoirs aux Français.

 

On ne peut pas baisser durablement le chômage en France sans renégocier les 35 heures, revoir la formation tout au long de la vie, favoriser l'apprentissage, réduire drastiquement les charges qui pèsent sur le travail et l'investissement, en finir avec les seuils sociaux dans les PME, assouplir les normes et les contrôles qui entravent les Français etc…

 

Autant de réformes qui ne sont pas à l'agenda de Manuel Valls.