Report des élections régionales en 2016 : oui à la réforme, non au magouillage électoral !

François Hollande a annoncé le report des élections régionales et cantonales en 2016 au motif qu'il fallait d'abord faire une réforme territoriale visant à supprimer les conseils généraux et à diviser le nombre de régions par deux.

 

Ce report du calendrier ne trompe personne. S'il y avait une réelle volonté politique pour diminuer le nombre de régions, et ainsi faire des économies, cette réforme était tout à fait envisageable d'ici la fin de cette année sans report des élections régionales.

 

En évoquant une sorte de « big bang » territorial qui concernerait aussi la suppression des départements, sans aucune cohérence de méthode, le Président de la République rend cette réforme peu crédible et bien incertaine y compris dans le délai qu'il s'est lui-même fixé.

 

Rappelons-nous que ce sont les mêmes socialistes qui se sont violemment opposés à une réforme territoriale dans le quinquennat de Nicolas Sarkozy, qui avait pourtant le mérite de la clarté et de réduire nos dépenses publiques en divisant par deux le nombre d'élus.

 

La vérité d'une telle annonce est donc hélas plus simple. Après les élections municipales et avec la défaite annoncée pour son camp aux élections européennes, François Hollande ne sait plus quoi inventer pour éviter le ras-le-bol des Français et une nouvelle déroute électorale dès 2015.

 

Sans doute espère-t-il que la croissance économique pourra revenir d'elle-même plus tard et qu'il pourra ainsi en profiter malgré lui…Mais à ce jeu-là ce sont les Français les grands perdants : ils n'auront en 2015 ni élections pour s'exprimer, ni réformes pour espérer un redressement sérieux du pays.

 

La méthode du Président est claire : annoncer une fois, répéter dix fois, reporter cent fois et décevoir toujours…