La délinquance progresse en 2013

Les chiffres publiés par le ministère de l'Intérieur en matière de lutte contre la délinquance en 2013 marquent un très net accroissement des atteintes aux biens et des atteintes aux personnes, tant en zones urbaines qu'en zones rurales.


Il suffit de comparer la dernière année d'exercice plein de l'ancienne majorité (2011) à la première année d'exercice plein du gouvernement socialiste (2013) pour constater cette très négative évolution.


Par rapport à 2011, la délinquance globale a progressé de 2,8% soit près de 85 000 victimes en plus. Avec deux points noirs majeurs qui correspondent à ce que nous dénonçons depuis des mois : l'accroissement des atteintes aux biens, (+ 3,5%) et l'accroissement des atteintes aux personnes qui sont en hausse de +5,6%.


Cette fois, contrairement à son habitude, la gauche ne peut plus renvoyer la responsabilité à l'ancienne majorité. « Cette fois c'est la gauche, toute la gauche, rien que la gauche ».


Depuis un peu plus de 20 mois François Hollande et le gouvernement Ayrault, malgré les remarques des parlementaires de l'opposition, traitent par le mépris la montée croissante de la délinquance.


« Je peux même parler d'un déni de réalité » estime Jean-François Copé, président de l'UMP, pour qui « la gauche, au pouvoir, a toujours incarné, hélas, le laxisme dans la lutte contre la délinquance et contre la criminalité. Et il est vrai que tous les messages qui ont été délivrés par ce gouvernement depuis 20 mois revenaient à incarner l'impuissance de l'État et l'impunité des délinquants ».


On peut légitiment se préoccuper du plan caché de François Hollande, qui consiste à faire adopter au forceps, après les municipales, la loi Taubira qui va remettre complètement à plat notre politique pénale...