La Bretagne tire à « bonnet rouge » !

Amical clin d'oeil à mes amis bretons avec ce dessin de Marin.
Amical clin d'oeil à mes amis bretons avec ce dessin de Marin.

La Bretagne est au bord de l’insurrection, ce qui ne manque pas d’inquiéter le gouvernement socialiste, sachant que beaucoup de révoltes populaires sont parties de cette région qui est aujourd’hui en train de dépérir dans l’indifférence des pouvoirs publics.

D’où la reculade sur l’écotaxe, une de plus.

 

Une reculade qui va creuser un trou supplémentaire d’un milliard d’euros de manque à gagner pour l’Etat, sans compter les 700 millions d’euros par an à verser à la société concessionnaire.

Une première victoire pour les « bonnets rouges » de Bretagne, qui a toutes les chances de donner des idées à d’autres régions ou catégories sociales. Le ras-le-bol fiscal est en train de gagner la France entière, insupportée de devoir toujours payer plus, avec le sentiment que l’Etat dépense de son côté toujours plus pour une efficacité nulle.

 

A l’instar de l’industrie agro-alimentaire en Bretagne, la crise rattrape l’ensemble du tissu industriel français, en raison de l’aveuglement du gouvernement socialiste qui a rayé d’un trait de plume les mesures pour l’emploi proposées par Nicolas Sarkozy, comme la défiscalisation des heures supplémentaires.

 

François Hollande avait annoncé avant la fin de l’année 2013 l’inversion de la courbe du chômage ; à un mois de l’échéance, on nous annonce la disparition pour 2014 de 61 500 entreprises, ce qui jettera dans le chômage des centaines de milliers de travailleurs supplémentaires.