Insécurité, les vieilles lunes socialistes sont toujours là !!!

Trappes et Brétigny-sur-Orge, deux communes de notre région d’Ile-de-France qui ont émaillé l’actualité nationale avec pour sujet une fois encore « l’insécurité ».

 

Brétigny, tout d’abord, si mes premières pensées vont aux familles des victimes et aux courageux usagers, qui sur place, ont été les premiers à secourir les blessés, comment ne être horrifié par les vols et les violences perpétrées à l’encontre des secouristes et des forces de l’ordre engagées sur cet accident.

Que dire alors du traitement de l’information au cours de ces derniers jours sur ces exactions en marges de l’accident, le gouvernement par la voie du Ministre des transports, Frédéric Cuvillier, a tout fait pour minimiser la situation, parlant d’un «accueil un peu rude des pompiers sur place ».

La gauche était alors bien plus prolixe sur ce qu’elle désignait comme des « agitateurs », ces témoins, et ces policiers qui dénonçaient dès le premier jour des actes inqualifiables.

Mais depuis hier retournement de situation, le Procureur de la République d’Evry, a annoncé lors d’une conférence de presse, plusieurs dépôts de plaintes de passagers du train accidenté pour vols, il confirme également que l’agression d’un des secouristes et le vol de son portable avait bien été constaté, et que les policiers et les secouristes ont bien été les cibles de caillassages.

Etrangement silencieux depuis sur ce sujet le gouvernement PS donne à s’interroger sur la gestion de cette actualité : aveuglement ou mensonges ???

 

Autre exemple de l’angélisme de la gauche en matière de sécurité, la ville de Trappes dans les Yvelines qui a connue plusieurs nuits de violences, après l’agression d’un Policier qui procédait à un contrôle d’identité sur une femme portant le niqab, ce qui contrevenait à la loi et aux principes de la République.

Se sachant dans l’illégalité, le mari de cette femme portant le niqab, n’a pourtant pas hésité à agresser physiquement l’un des fonctionnaires de Police qui procédait au contrôle, l’individu a été interpelé et mise en garde à vue dans les locaux de la Police de Trappes, plusieurs autres provocateurs qui se réclamaient de ses amis ont ensuite tentés de prendre d’assaut le commissariat pour le faire libérer, l’escalade de la violence se poursuit ensuite par 3 nuits d’émeutes et un bilan de plusieurs blessés.

Bien sûr comme à son habitude, Manuel Valls à annoncer « des mesures de la plus grande fermeté » (sic...), voyons donc à quoi cela ressemble pour la gauche : 4 comparutions immédiates pour des violences à l’encontre les forces de l’ordre, 3 relaxes, et une peine d’emprisonnement de 6 mois qui ne sera pas effectuée selon le même juge qui avait prononcé la peine…

Que vaut désormais la parole d’une justice qui est impuissante à faire appliquer une peine d’emprisonnement pour des voies de faits sur nos Policiers et Gendarmes, alors que Nicolas B..., ce jeune militant de la « manif pour tous », a été emprisonné dès la fin de sa garde à vue, pour refus de présenter son identité.

 

Au-delà de ces symptômes d’une société qui va mal, et si il convient de reconnaitre que la crise économique exacerbe elle aussi la violence, rien ne saurait justifier le laxisme qui domine à gauche chez tous ceux qui prétendent ne voir dans ces événement que des « victimes », il y a pourtant bien des « auteurs », que la justice a reconnu comme « coupables » et qui doivent en conséquence être sanctionnés comme tel.

 

Ni la culture de l’excuse, ni les considérations politiques ne doivent dévoyer les principes d’une justice équitable.

 

Non seulement les socialistes renouent avec leurs vieilles recettes dans le domaine de l'insécurité et de l'immigration mais en plus Madame Taubira annule systématiquement toutes les mesures de bon sens mises en place sous l'impulsion de Nicolas Sarkozy par la majorité UMP/Nouveau Centre entre 2007 et 2012 !