Interview Hollande : un exercice d' illusionniste

Depuis 14 mois, la France vit dans la désillusion :

  • désillusion d'avoir élu un président qui voulait incarner le « changement » alors que la crise économique est profonde et durable comme le prouvent les mauvais indicateurs de croissance,
  • désillusion d'avoir élu un président prétendument réformateur et capable de prendre en main le destin de la France en mettant en œuvre les réformes de structure indispensables à la modernisation de notre pays,
  • désillusion d'avoir élu un président prétendument capable de porter la voix de la France sur la scène internationale.

La France, fragilisée économiquement, demeure quotidiennement à la merci des marchés internationaux car sa dette qui n'est plus maitrisée augmente régulièrement. Notre pays devient en 2013, pour la première fois, le premier emprunteur européen.

 

La prestation du 14 juillet n'a en rien modifié cette tendance : François Hollande (en mauvais élève) de l'école mitterrandienne s'adonne toujours à l'illusionnisme.

 

Les Français ont compris dans leur grande majorité, que François HOLLANDE est incapable de rétablir la confiance qu'il a mise à mal par ses hésitations, sa pusillanimité et son incapacité à incarner la fonction présidentielle.