Le déni de démocratie

La décision précipitée du gouvernement d’avancer sans raison l’examen en seconde lecture du projet de loi sur l’ouverture du mariage et l’adoption pour les couples de même sexe, est une volonté délibérée de passer en force au Parlement alors qu’aucune préparation préalable sur l’examen de ce texte en seconde lecture ne sera possible.

 

Le déni de démocratie est d’ailleurs renforcé par le fait que l’article 4 bis de la loi votée au Sénat autorise des ordonnances pour appliquer ce projet !

Empétré dans le scandale Cahuzac, au point d'afficher la volonté de jeter l’opprobre sur tous les élus, il s’agit là pour le gouvernement d’une manœuvre supplémentaire de diversion qui vise à détourner l’attention de nos concitoyens.

 

Le but pour la gauche est également de court-circuiter la grande manifestation prévue le 26 mai prochain à Paris contre ce projet de loi. Quel mépris pour le Parlement comme pour le peuple français et ces milliers de personnes qui sont descendues pacifiquement dans la rue !

 

Pourquoi faire passer en urgence ce projet qui divise profondément les Français alors que leurs priorités sont ailleurs : emploi, pouvoir d’achat, sécurité, immigration ?