Les copains d’abord

La république exemplaire que l’on nous avait annoncée en matière de nominations, pendant la campagne présidentielle, a rapidement volé en éclat, du fait d’une chasse aux sorcières frénétique menée par une gauche revancharde et frustrée par dix ans d’opposition.

Et le Président normal n’est pas le dernier à placer ses copains : après avoir vilipendé les nominations du Président Sarkozy à la tête de l’audiovisuel public, il parachute l’ancien directeur de cabinet de Lionel Jospin à la tête du CSA.

La nomination de l’ex-compagne de François Hollande à la vice-présidence de la BPI (Banque publique d’Investissement) le démontre bien : les « amis » du Président, surtout s’ils sont sortis de la promotion Voltaire de l’ENA (1980), sont les premiers servis.