Projet du Grand Paris

Le désengagement de l'Etat

Le gouvernement annonce une nouvelle baisse des dotations des collectivités territoriales.

 

Avait été annoncé un gel des dotations pour 2013, une baisse de 750 M€ en 2014 et 2015.

 

A la question posée par Roger Karoutchi le 6 février en Commission des Finances au Sénat, le ministre du Budget, a interprété de manière extensive la baisse comme étant de 750 M€ en 2014 et de 1,5 Mdrs€ en 2015 par rapport à 2013, soit 2,25 Mdrs€.

 

Inutile de préciser que les régions, et d'abord l'Île-de-France, vont être en première ligne des baisses de dotations.

Il s'agit d'une attaque frontale d'une ampleur sans précédent et qui va mettre les budgets 2014 et 2015 des régions en très grand péril.

Au moment même où le financement du Grand Paris paraît aussi aléatoire, le gouvernement demandant aux collectivités locales de s'engager davantage, est-il logique et cohérent d'assécher brutalement leurs ressources ?

 

Après la non inscription du milliard d'€uros dans le budget 2013 de l'Etat pour le Grand Paris, ce serait un nouveau coup difficile à assumer...

 

Cette situation conduit à penser que pour la réalisation du Grand Paris il ne faut plus du tout compter sur l'Etat qui n'a ni la volonté politique, ni la capacité financière d'intervenir. Son seul souci aujourd'hui est de réduire le projet et de l'étaler dans le temps...