Un homme d'Etat à la manoeuvre

La France et l’Europe vivent en ce moment des heures particulièrement difficiles. La crise grecque et, au-delà, l’épée de Damoclès financière brandie au dessus de l’Europe, pourraient mettre à bas tout le système économique et financier que nous avons construit avec l’Union européenne et la création de l’euro.

 

Certaines sirènes prônent la fin de la monnaie unique et le retour à un protectionnisme renforcé à l’intérieur de nos frontières. C’est une illusion !

 

Pour la France comme pour la Grèce, une sortie de l’euro provoquerait une aggravation immédiate de la situation, une perte de pouvoir d’achat brutale, un risque de faillite généralisée.

 

Il n’existe qu’une seule voie : tenir, tenir bon dans la tempête, et assurer la solidité du couple franco-allemand, seule garantie d’arrivée à bon port.

Ce sont de telles circonstances qui nous font apprécier d’avoir un Président de la République qui soit à la fois solide dans la tempête et habile à la manœuvre.

 

Quand on voit Nicolas Sarkozy tenir le système à bout de bras et faire adopter ses solutions par Angela Merkel ou Barack Obama, on tremble rétrospectivement à ce qu’aurait pu imaginer la candidate socialiste de 2007, si elle avait été élue, dans une telle situation.

 

Et on n’est pas plus rassuré sur les capacités du candidat actuel, qui n’a jamais eu la moindre fonction dirigeante à l’échelle nationale, à inspirer confiance à la fois chez les organismes financiers et chez les décideurs politiques du monde entier.

 

Que l’on le veuille ou non, seul Nicolas Sarkozy a la dimension et le courage d’un homme d’Etat capable de tenir la barre du navire France dans les circonstances exceptionnelles que nous vivons et dans les années difficiles que nous allons vivre.

 

C’est une réalité qui devrait s’imposer comme une évidence dans les mois qui viennent.