Transports sur la ligne H: devant les difficultés, demande de création d'une commission d'enquête

 

Valérie Pécresse demande l’ouverture d’une commission d’enquête sur la ligne H du Transilien, l’indemnisation des usagers

et l’audition par le STIF du président de Bombardier France

Valérie Pécresse, présidente du groupe Majorité Présidentielle au Conseil régional d’Ile-de-France et les administrateurs de la Majorité Présidentielle ont déposé un vœu afin que le STIF s’engage, lors de son conseil d’administration du 11 mai prochain, à créer une commission d’enquête pour faire toute la lumière sur les difficultés rencontrées par les usagers depuis l’entrée en service du Francilien sur la ligne H du Transilien.

 

Les défaillances répétées du Francilien, le nouveau train mis en service à la hâte par Jean-Paul Huchon avant les élections régionales de 2010, ont suscité l’exaspération légitime des voyageurs de la ligne H, confrontés à des pannes et à des retards en série.

 

Face à cette situation catastrophique pour les usagers, Valérie Pécresse s’était déplacée à Groslay et avait demandé, dès le 14 mars dernier, la mise en place d’un véritable plan d’urgence que Jean-Paul Huchon a en partie repris à son compte.

 

Ce plan prévoyait notamment le maintien des anciens trains circulant sur la ligne dans l’attente des nouvelles rames afin de maintenir l’offre de transports pour les usagers, un programme sérieux de fiabilisation du Francilien et des mesures d’indemnisation des usagers pour les préjudices importants qu’ils ont eu à subir du fait de cette situation (retards sur les lieux de travail ou à des examens).

En dépit de l’exaspération des usagers, Jean-Paul Huchon n’a toujours pas souhaité inscrire cette question à l’ordre du jour du conseil du STIF.

Face à cette inertie, et pour répondre aux attentes des usagers, Valérie Pécresse et les élus de la majorité présidentielle réclament une nouvelle fois l’audition du président de Bombardier France par les administrateurs du STIF, la création d’une commission d’enquête visant à faire toute la lumière sur les dysfonctionnements intervenus, à déterminer précisément la responsabilité du STIF dans cette affaire et à apporter les réponses pour éviter qu’une telle situation se reproduise à l’avenir.

Enfin, ils souhaitent que le STIF envisage au plus vite les mesures d’indemnisation des usagers pour les désagréments et préjudices subis.