des ressources et de la créativité à revendre!

J’ai eu la chance et le plaisir d’être le seul parlementaire à accompagner le 11 avril à Madrid le secrétaire d’Etat chargé du commerce extérieur Pierre Lellouche (cf. Article précédent « So french, So good »).

 

Dans le cadre du Salon International Club des Gourmets, nous avons inauguré le Pavillon France qui regroupait 35 exposants français, avec les plus beaux fleurons de la gastronomie nationale.

C’est une vraie fierté de défendre les couleurs à l’étranger de cette gastronomie, reconnue patrimoine culturel immatériel de l’humanité auprès de l’UNESCO.

 

Celle-ci est le fer de lance de notre industrie agro-alimentaire, dont les bons résultats à l’exportation tirent la croissance en France : sur les deux premiers mois de 2011, l’excédent cumulé à l’exportation est de 1,6 milliards d’euros, soit une augmentation de 60% par rapport à la même période de 2010.

 

Il y a l’agro-alimentaire, mais aussi l’aéronautique, le nucléaire, le tourisme, l’automobile, autant de secteurs dans lesquels la France tient sa place et toute sa place.

Il est rassurant de penser que l’industrie française – pourtant si décriée chez nous – reste un élément moteur de notre croissance, qui s’est établi à 0,8% sur les trois premiers mois de 2011.

Si cette tendance est confirmée, les 2% de hausse du PIB sont possibles pour cette année, ce qui devrait entraîner un recul significatif du chômage.

 

Je constate aussi le travail remarquable et pas suffisamment reconnu que font les PME en France pour se développer et créer de l’emploi.

 

Et au-delà, je veux saluer la formidable réussite de l’auto-entreprenariat : entre 2008 et 2010, plus d’1,5 million d’entreprises ont vu le jour, employant aujourd’hui près de deux millions de personnes.

Pour un vieux pays, que certains oiseaux de mauvais augure décrivent sur la pente déclinante, n’est-ce-pas le plus beau symbole de nos ressources et de notre créativité ...à revendre !