2ème trimestre 2013

ven.

28

juin

2013

1963-2013 : 50 ans de Beatlemania !

Un court séjour à Londres au Savoy Theatre pour assister au concert "Let it be" contenant plus de vingt des plus grands titres des Beatles.

Un spectacle créé pour marquer les 50 ans de succès du célèbre groupe britannique.

Excellent spectacle avec des musiciens-chanteurs dignes de leurs aînés : Beatlemania is back !

jeu.

27

juin

2013

Condamnation de Nicolas B. : quel message veut délivrer la Justice ?

La condamnation d'un manifestant anti-mariage gay à deux mois de prison ferme est disproportionnée. De plus, l'incarcération immédiate est d'une brutalité sans rapport avec les faits reprochés.

Ces faits ne montrant d'atteinte aux biens ni aux personnes.

 

Manifestement, il s'agit d'un jeune homme qui semble avoir été essentiellement insolent avec les forces de l'ordre, ce qui n'est pas admissible evidemment, mais il serait intéressant que le juge s'explique sur cette soudaine et rare très grande sévérité, lui qui rend la Justice au nom du peuple français.

Aurait-il obéi à des injonctions politiques ? A-t-il voulu plaire à la Garde des Sceaux en faisant du zèle ?

 

Ce jugement est d'autant plus incompréhensible qu'en même temps, les voyous qui ont tout cassé au Trocadéro courent encore.

Quel est le message que veut délivrer la Justice ? Qui sont les vrais délinquants qui pourrissent la vie des honnêtes gens ?

 

L'émotion est grande. Le juge doit s'expliquer. Christiane Taubira doit parler. Sinon, les Français ne croiront plus en leur Justice.

Lire la suite

dim.

23

juin

2013

Franconville : un week-end sous le signe de la Bretagne

13ème édition du fest-noz de Franconville
13ème édition du fest-noz de Franconville

Sonnez bombardes et résonnez binious ! Tel était le mot d'ordre samedi soir à Franconville où le désormais traditionnel fest-noz attirait près de 1500 amoureux de la musique et des danses bretonnes.

 

Il faut dire que les groupes invités à s'exprimer lors de ces agapes celtiques étaient de très grande qualité : les mythiques bardes de "Sonerien Du", "Le groupe sans gain" -sans gain peut-être mais pas sans talent !- et... "Armor Argoat" le bagad local, classé aujourd'hui parmi les meilleurs de France.

 

Une ambianse bon enfant régnait sur cette fête populaire avec une restauration "comme au pays" : moules-frites, cidre, bière, crêpes et far breton !

 

Les animations et la restauration se déroulant au pied du célèbre phare de Franconville-sur-mer et sous un ciel sans pluie.

 

Lire la suite

jeu.

20

juin

2013

Forte progression de l'insécurité

L'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) a rendu public le bilan de François Hollande depuis son élection.

 

De mai 2012 à fin avril 2013 la délinquance a progressé de 2,66% soit près de 78 000 victimes supplémentaires par rapport à la période mai 2011-avril 2012).

Dans le détail, les atteintes aux biens augmentent de 3,12% (dont +9% pour les cambriolages) et les atteintes à l'intégrité phisyque de près de 4%...

La zone de Gendarmerie est sinistrée avec +7,2% d'atteintes aux biens (+14% de cambriolages) et +18% d'atteintes volontaires à l'intégrité physique...

 

Pour la première fois depuis les années Jospin la délinquance est repartie à la hausse. Ce retour de l'insécurité est dû à un discours complaisant envers les délinquants qui crée un véritable climat d'impunité.

La suppression des tribunaux corectionnels pour mineurs récidivistes, l'abrogation programmée des peines planchers et de la rétention de sûreté envoient des signaux dévastateurs de laxisme.

La gauche sape l'autorité de la Justice quand elle réfléchit à mettre en place un mécanisme de libération conditionnelle automatique des détenus avant qu'ils aient fini leur peine pour désengorger les prisons.

lun.

17

juin

2013

Faisons-le pour nos enfants !

L'école primaire Ferdinand Buisson à Franconville (95)
L'école primaire Ferdinand Buisson à Franconville (95)
Dans l’océan des mauvaises nouvelles en tous genres, le rapport de la Cour des comptes sur le système éducatif, dévoilé le 22 mai, est passé quelque peu inaperçu, alors qu’il recèle de véritables bombes.

Ce sont pourtant des choses qu’avec quelques rares élus je dis et répète depuis des années. Je ne résiste donc pas au plaisir de vous en livrer les phrases les plus « choc » :

  • "La capacité du système scolaire français à assurer la réussite de tous les élèves est médiocre comparée à celle des autres pays développés."
  • "Si les enquêtes internationales montrent la diminution continue des performances du système éducatif français depuis une décennie, les moyens financiers qui lui ont été alloués sur la période couverte par ces études ont, en revanche, connu une hausse constante alors que le nombre d’élèves décroissait."
  • "Ces évolutions croisées montrent que le système français ne souffre pas d’un défaut de moyens, mais de modalités d’allocation et de gestion de ces moyens, moins performantes que celles des pays comparables".
  • "Les principes de gestion du ministère n’ont pas évolué depuis le milieu du XXème siècle et ne permettent pas au système éducatif de relever les nouveaux défis auxquels il est confronté. Ils ont même des effets contraires aux objectifs affichés."

Autant de vérités que nous crions depuis longtemps, en nous heurtant à un mur de certitudes mâtinées de mépris. Et le ministre socialiste de l’Education, V.Peillon, pur produit du système, a balayé d’un revers de main ce rapport, préférant concentrer tous ses efforts sur la modification des dates de vacances scolaires et la durée de la pause méridienne à l’école primaire.

Dans le même temps tous ceux qui sont occupés à discourir des rythmes scolaires ne voient pas s’insinuer dans nos écoles la théorie du « gender » qui dénie l’existence d’une identité sexuelle différenciée pour les garçons et les filles.

 

Quand nous reviendrons au pouvoir, il faudra faire sortir des écoles ces théories chères à mesdames C. Taubira et N. Vallaud-Belkacem et nous ne pourrons pas faire l’économie de la grande réforme de l’éducation que j’appelais de mes vœux dès le début du mandat de Nicolas Sarkozy : suppression du collège unique, remise en cause de l’école obligatoire jusqu’à 16 ans et du baccalauréat pour (presque) tous, nécessité de savoir lire, écrire et compter pour entrer en 6ème, réintroduction de la sélection à l’entrée du collège, du lycée et de l’université, et surtout la réhabilitation des filières techniques et la promotion de l’apprentissage.

Ces questions peuvent sembler accessoires face à l’ampleur de la crise économique et morale actuelle, mais c’est tout l’inverse : c’est parce que l’on a vécu sur l’idéologie issue de mai 68 sans oser toucher aux dogmes édités par l’intelligentsia de gauche que l’Education nationale s’enfonce toujours plus dans la crise.

Et s’il est encore possible de redresser la barre, si ce n’est pas pour nous, s’il vous plait, faisons-le pour nos enfants.

dim.

16

juin

2013

Immigration clandestine : le relâchement

M. Valls : un adepte du double langage
M. Valls : un adepte du double langage

La lutte contre l'immigration illégale s'est fortement relâchée depuis l'élection de F. Hollande.

Selon l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, les infractions à la législation sur les étrangers ont chuté de 38,4% depuis mai 2012.

Comme les flux d'immigration n'ont pas décru, cela signifie que les services de la Police nationale et de la Gendarmerie sont moins mobilisés contre l'immigration clandestine.

C'est manifestement le fait d'un choix politique.

Manuel Valls et la majorité socialiste ont multiplié les mesures visant à ouvrir les vannes de l'immigration :

  • arrêt des placements en centre de rétention administrative pour les familles de clandestins,
  • suppression de la franchise de 30€ pour bénéficier de l'A.M.E,
  •  baisse de plus de 50% du coût d'un visa pour obtenir un titre de séjour,
  • assouplissement des critères de naturalisation...

dim.

16

juin

2013

Vacances d'été : la rigueur socialiste au menu

Très mauvais temps pour les vacances !

Selon les résultats du 13e baromètre « Ipsos-Europ Assistance » sur les intentions de départ et les préoccupations des Européens, jamais le nombre de Français devant renoncer à prendre quelques jours de congés d’été n’a été aussi élevé.

 

La baisse du nombre de ceux qui décident, faute de moyens, de tirer un trait sur les vacances d’été atteint cette année un record.

 

Les Français ne sont plus que 62%, contre 70% l’an dernier, à déclarer avoir l’intention de partir quelques jours entre juin et septembre.

Pour alléger les dépenses, 60% d’entre eux resteront dans l’Hexagone, privilégiant leur voiture personnelle plutôt que le train ou l’avion, ainsi que les solutions d’hébergement familial ou le partage de locations entre amis.

mer.

12

juin

2013

Déficits : le Gouvernement va faire payer les familles

Logo de Une famille en or. TF1
Logo de Une famille en or. TF1

Réduction du montant des allocations familiales pour les familles les plus aisées ou plafonnement du montant du quotient familial? Quelle que soit la solution adoptée par le Gouvernement pour réduire le déficit de la branche ­famille de la Sécurité sociale, ce sont les familles qui vont trinquer et pas seulement les plus aisées.

C'est un nouvel effort que le gouvernement compte demander aux Français, au lieu de s’attaquer à la réduction de son train de vie.

Mettre la politique familiale sous condition de ressources, c’est mettre à bas la politique familiale mise en place à la Libération, celle qui a permis à la natalité française de rester une des plus élevées en Europe.

C’est donc un équilibre fragile auquel s’attaque le gouvernement et dont les effets pervers pourraient être désastreux : si la natalité baisse autant qu'en Allemagne ou en Russie, toute réforme du système de retraites est vaine : il n’y aura plus assez d’actifs pour payer nos retraites.

dim.

09

juin

2013

De nombreuses manifestations dans la 4ème

De nombreuses manifestations se sont déroulées dans la circonscription tout au long de ce week-end auxquelles j'ai participé, à l'exception de la "Cérémonie du Souvenir Français" à Saint-Leu-la-Forêt car je tenais ma permanence hebdomadaire et réunissais mon équipe de "Construire Ensemble".

Lire la suite

ven.

07

juin

2013

Les projets de lois sur la transparence de la vie publique arrivent à l'Assemblée Nationale

Sur la forme, les deux projets de loi ont été déposés dans l’urgence par le Gouvernement, comme s’ils pouvaient constituer une réponse crédible et efficace à « l’Affaire Cahuzac ». ..

Plus encore, on demande aussi à la représentation nationale de légiférer dans la précipitation, puisque l’urgence a été déclarée sur ces deux textes, sans motif légitime.

 

Le « Paquet électoral », ensemble de textes, avait déjà permis, en avril 2011, de renforcer les pouvoirs de la Commission pour la transparence financière de la vie politique, et de créer une incrimination spécifique pour sanctionner une déclaration de patrimoine délibérément mensongère.

 

Loin d’instaurer une République de la transparence promise par F. HOLLANDE, ces textes, dans leur rédaction actuelle, tiennent davantage de l’instauration populiste d’un régime d’inquisition.

 

Sur le fond, les deux textes renforcent significativement les obligations de transparence auxquelles sont soumis les responsables politiques, ils en confient le contrôle à une autorité indépendante, disposant de pouvoirs très importants, d’autre part ils renforcent les sanctions encourues.

 

Les deux projets de loi s’attachent également à réglementer la prévention des conflits d'intérêt. Ainsi le projet de loi ordinaire introduit une définition du conflit d'intérêts de manière à prévenir « toute situation d'interférence entre un intérêt public et des intérêts publics et privés de nature à compromettre l'exercice indépendant, impartial et objectif d'une fonction publique ».

dim.

02

juin

2013

Un week end agréable...

Samedi après-midi, à la patinoire de Franconville, c'est le tournoi de hockey sur glace organisé par le Club local avec la participation des équipes de Laon/Fontenay et de celles de la ville jumelée allemande, Viernheim.

Lire la suite

jeu.

30

mai

2013

Métropole : les socialistes veulent créer un monstre en Ile-de-France

Certes, on développe les Métropoles de Marseille et de Lyon. Mais dans les deux cas, ces Métropoles représentent entre 15 et 20% de la population de la région concernée.

En Ile-de-France, le gouvernement veut créer une Métropole qui va regrouper entre 85% et 90% de la population de la région !

 

Qu’est-ce que c’est qu’une Métropole qui représente pratiquement la totalité de la population, sauf, les zones rurales !

Et donc, le Président du Conseil Général du Val d'Oise fera ce qu’il pourra avec le Vexin , celui des Yvelines fera ce qu’il pourra avec le sud Yvelines, celui de la Seine et Marne avec l'Est de son département, etc …

 

La réalité c’est que les socialistes sont en train de créer un monstre ! On nous dit que la région conservera la compétence « transport », mais c’est la Métropole qui aura la compétence « logement » ! C’est à dire qu’en réalité la Métropole va construire, va créer des centres où il y aura par définition de nouvelles populations, et c’est la région qui, elle, a la compétence « transport » ...

 

Et il faut reconnaître qu'elle n’y arrive déjà pas ! Chacun le sait et tous ceux qui en Ile-de-France ont encore des « petits gris », le savent.

 

La réalité c’est que tous le monde est d’accord, pour dire qu’en Ile-de-France on a un vrai problème de fonctionnement. On a créé une Région ou trop petite, ou trop grande.

Ou trop petite parce qu’elle représente seulement 2% du territoire national. Ou trop grande parce que 12 millions d’habitants ! Et comme on ne sait pas faire, on invente systématiquement des mesures nouvelles, des structures nouvelles qui en réalité ne changent rien à l’efficacité des politiques et rendent de plus en plus complexe la décision.

 

Dans ce « non choix », nous conservons les communes de l’unité urbaine alors même qu’elles sont dessaisies de l’essentiel de leur pouvoir !

Les maires resteront, officiers d’état civil ! Les départements, en tout cas ceux de la proche couronne, seront en partie dessaisis de la compétence « logement » et d’autres compétences seront transférées vers les EPCI ou vers la Métropole. Les départements de la grande couronne quant à eux auront une gestion « partagée » entre un bout dans la Métropole et un bout en dehors !

 

Ce système est fou ! Le gouvernement est en train de créer un nouveau monstre bureaucratique, une nouvelle strate supplémentaire qui aura par définition des coûts de fonctionnement, qui va être, et c’est la logique du système, en compétition avec la Région !

Les deux vont s’affronter ! Pour quoi faire ?! Pour le plus grand bien des citoyens ?! Certainement pas !

 

On dessaisit les communes, on dessaisit les départements, on va forcer la petite couronne à aller vers l’intercommunalité à marche forcée et pour tous ceux qui y étaient déjà on va leur dire qu’il faut recommencer parce que c’est trop petit !

 

La vérité c’est que si on souhaitait créer quelque chose, c’est évidemment la région en tant que tel et dans sa globalité, car elle ne fait que 2% du territoire, qui devait être prise en un bloc et avoir les capacités et les compétences d’une Métropole !

 

Il est inutile de créer des structures nouvelles qui en réalité ne sont que des strates supplémentaires coûteuses en fonctionnement.

 

Pourquoi aujourd’hui devrait-on dessaisir les communes ? Pourquoi dessaisir les départements de la petite couronne, alors même que nous ne connaissons pas l’expansion urbaine future de cette Région ? Est ce que nous savons, si nous sommes 13 millions en 2020 et peut-être 14 ou 15 millions en 2030 ou 2040, où en serons nous de l’expansion urbaine ?

Qui peut affirmer que les 2% du territoire que représente la Région Ile-de-France ne peuvent pas former, en bloc, une Métropole en liaison directe avec les départements et les communes ?

Est-ce que les gestionnaires des communes, des départements, de la Région sont si incapables que cela, qu’il faille créer des structures nouvelles, imposer aux communes des EPCI, dire que ce serait ensuite ces EPCI qui seraient directement dans la Métropole qui en réalité a à peine 15% de moins de population que le Conseil Régional ?

 

En réalité le pouvoir socialiste veut créer un monstre qui ne correspond ni aux attentes des élus, ni aux attentes des habitants. Nous avons en Ile-de-France beaucoup de problèmes de logement, de transport, de précarité, d’inégalité des territoires, et nous avons besoin que la gestion, le lien entre les départements et les communes, se fasse dans le cadre d’une structure qui existe : la Région.

 

C'est Inutile de mettre en place des structures nouvelles, mais, redéfinissons les compétences, voyons quels sont les moyens, revoyons les éléments d’inégalités,...

Il faut éviter la multiplication des structures, des fonds, des fonds de péréquation, des schémas … plus personne n’y comprend rien ! Plus aucun élu ne sait à quel saint se vouer pour réussir pour sa population.

 

L'Île-de-France ne demande qu’une chose, c’est à bien vivre et à essayer d’être à nouveau un moteur pour ce pays ! Mais l’Ile-de-France a besoin de liberté, de souffle, pas de structures supplémentaires !

 

 

 

lun.

27

mai

2013

Logement : des ordonnances à suivre de près...

Le 21 mars 2013, lors d’un déplacement à Alfortville, François HOLLANDE a annoncé un « Plan d’urgence Logement », avec comme priorité de « Faire plus simple, plus vite et davantage ». Il s’est notamment engagé à raccourcir les délais de construction, à densifier les projets en zones tendues et à développer le logement intermédiaire. 

Le Gouvernement a aujourd’hui choisi de recourir aux ordonnances, ce qui contourne un débat important au Parlement sur ces réformes d’ampleur.

Rappelons que le recours aux ordonnances était sévèrement critiqué par les socialistes lorsqu’ils étaient dans l’opposition. Ils dénonçaient alors un mépris du Parlement, « une méthode détestable » (François HOLLANDE – 8 juin 2005).

Le projet de loi habilitant le Gouvernement à légiférer pour accélérer les projets de construction comprend des mesures pragmatiques et attendues par les professionnels. Pour autant, je puis que regretter que le Gouvernement ait attendu un an pour s’apercevoir que la situation du logement et de la construction était dramatique.

 A la vérité, depuis un an, la politique du Gouvernement est incohérente ; suppression de loi sur la majoration des droits à construire, hausse de la TVA, alors qu’il faudrait engager une réforme d’ampleur du secteur du bâtiment et du logement et éviter un point de non-retour.

 Nous ne pouvons que rester extrêmement vigilants lors de la publication et la ratification de ces ordonnances.

 

Quelques chiffres pour éclairer le débat :

  • En 5 ans, de 2007 à 2012, nous avons construit 2 millions de logements (contre 1,6 millions entre 1997 et 2001) dont 600 000 logements sociaux.

  • François HOLLANDE avait promis la construction de 500 000 logements par an, dont 150 000 logements sociaux. Cette promesse est loin d’être tenue.

  • En 2012, seuls 346 000 logements neufs ont été mis en chantier, soit une baisse de près de 18%. Le seul dernier trimestre 2012 enregistre une baisse de 19,6% (par rapport au dernier trimestre 2011).

  • La dégradation de la situation du secteur se poursuit en 2013 : sur les deux premiers mois de l’année, le nombre de logements neufs mis en chantier ne s’élève qu’à 52 750 unités, contre 63 430 sur la même période de 2012 (soit un recul de l’ordre de 16%).

  • En outre, les permis de construire accordés en 2012 ont régressé de 7,3 % en un an et de 24,1% sur le quatrième trimestre.

  • Sur l’année 2012, l'INSEE estime une perte de 22 300 emplois dans le secteur de la construction (permanents + intérimaires).

sam.

25

mai

2013

Planète insolite

 

"Planète insolite" tel était le thème des expositions organisées dans le cadre de son 25ème anniversaire par l'association "Saint-Leu art expo" les 24, 25 et 26 mai.

Bravo aux organisateurs, créateurs et artistes pour cette magnifique édition 2013 !

Et grâce à vous  ; " soyons fous, soyons art, tombons fous d'objets d'art "

 

dim.

19

mai

2013

La manif pour tous : mobilisons pour le 26 mai !

On ne lâche rien !

 

La manifestation sera divisée en quatre cortèges, qui démarreront à 14h00 depuis les points de départs suivants :

            - Place de la porte de St. Cloud,

            - Porte d’Orléans,

            - Place de la Bastille,

            - Porte Dauphine.

Pour plus d'informations, cliquer sur l'image ci-contre. 

 

 

sam.

11

mai

2013

Bon anniversaire, Monsieur le Président !

Dessin de Xav
Dessin de Xav

Triste moment que ce premier anniversaire de l’élection de François Hollande, pendant la campagne présidentielle, on nous nous avait promis un état de grâce.

On est en réalité dans le « coup de grâce » permanent : 3 224 000 chômeurs en avril, record historique. Triste anniversaire pour celui qui niait la réalité de la crise et promettait le retour à la croissance.

 

Mais en fait, depuis son arrivée à l’Elysée, dans son obsession de détricoter le travail de Nicolas Sarkozy, François Hollande n’a fait que dévaloriser le travail, contribuant du fait à la hausse du chômage : taxation des heures supplémentaires, abrogation de la TVA anti-délocalisations, augmentation du coût du travail pour permettre un retour partiel à la retraite à 50 ans, matraquage fiscal.

 

Face à l’urgence de la situation, le Président de la République ne propose qu’une médiocre « boîte à outils ». Malgré leur coût prohibitif, emplois d’avenir et contrats de génération ne pourront suffire à redresser la barre du chômage.

De toute façon, il reste dans une conception de l’emploi archaïque où c’est à l’Etat d’aider les entreprises à embaucher ou à maintenir de l’emploi.

 

Du fond de l’impasse dans laquelle il s’est engouffré, le président de la République a fait preuve d’un instant de lucidité en constatant, au cours de sa conférence de presse, que les gens vivant plus longtemps, il n’était pas anormal qu’ils travaillent et cotisent plus longtemps….Belle lucidité pour celui qui, à l’instar de l’ensemble de la gauche, s’est dressé il y a moins de trois ans contre la réforme des retraites engagée par Nicolas Sarkozy et François Fillon.

 

La gauche face à la réalité économique se serait-elle convertie à la voie du bon sens qui veut que le niveau de pension des retraités ne pourra être maintenu que si l’on élargit l’assiette des cotisants ? Reste encore à traduire cet éclair de lucidité dans une réalité qui va obliger la gauche et le gouvernement à manger son chapeau après avoir menti si longtemps aux Français.

 

On prête cette parole à Jérôme Cahuzac, un expert en mensonges s’il en est : "Il est moins grave de mentir pendant 15 secondes devant 577 députés que de mentir depuis un an sur l'état de la France, comme le fait François Hollande". ».

Ce dernier appréciera le cadeau : bon anniversaire, Monsieur le Président…

jeu.

09

mai

2013

Vu à la télé...

 

Hier, sur France 3, la soirée était consacrée à Nicolas Sarkozy...

Critiques des commentateurs de gauche ; rien de nouveau, ils sont dans la continuité de leur attitude depuis 2007. 

Paroles d'anciens ministres, et pas des moindres : je ressens petit à petit à l'écoute de leurs propos un profond malaise... et, une phrase de Léonard de Vinci me revient à l'esprit : "le souvenir des bienfaits reçus est fragile, comparé à l'ingratitude".

 

mer.

08

mai

2013

Commemoration du 8 mai 1945

Ce matin, à Franconville, j'étais présent à la cérémonie commémorative du 68eme anniversaire de la victoire des alliés sur le nazisme.

lun.

06

mai

2013

12 MOIS DE PRESIDENCE SOCIALISTE : L'ECHEC

Pour marquer l'anniversaire de l'arrivée au pouvoir de François Hollande et dénoncer les 12 mois d'échecs de celui-ci dans tous les domaines ; sécurité,  justice, économie, Europe... et en point d'orgue le record absolu du nombre de chômeurs, j'étais ce dimanche matin avec les "jeunes pop" sur le marché de Sannois.

Lire la suite

dim.

28

avril

2013

Journée nationale de la déportation

Ce matin, j'étais présent à Franconville, pour la cérémonie dédiée au 68eme anniversaire de la libération des camps de la mort, dans le cadre de la journée de la déportation.

 

Devoir de mémoire et cérémonie émouvante, notamment lorsque des membres du conseil municipal des jeunes ont lu un poême de Annie Mathieu : "Ne jamais oublier".

 

Dont je cite un extrait :

"De quelles fautes étaient-ils accusés ?

Pour être ainsi, blessés, humiliés, battus

De tous leurs droits on les a déchus

Les enfants de leur mère on été séparés

                                                  .....

                                                  Qu'avaient-ils bien pu faire ?

                                                  Pour vivre un tel enfer

                                               Être traité, comme jamais, on traite une bête

                                               Il ne leur restait que des rêves plein la tête. "

                                                 ....

mer.

24

avril

2013

« Mur des cons » : mur de la honte !

Le « mur des cons » dressé par le Syndicat de la magistrature est une affaire très grave qui met à mal la neutralité et l’impartialité des magistrats qui rendent la justice.

 

Par ces agissements inadmissibles, ce "syndicat" prouve, s'il en était encore besoin, qu’il est un organe idéologique, partisan, qui instrumentalise la justice à des fins politiques sectaires.

 

Il dénature l’action de son syndicalisme, qui doit avoir un strict objet professionnel et non un outil de propagande politique.

Les magistrats ne doivent pas faire de la politique au mépris de leur devoir de réserve.

En conséquence, ce syndicat n’a plus sa place dans la famille des syndicats professionnels en tant qu’organe de défense des intérêts de ses mandants.

 

La Garde des Sceaux, ministre de la Justice, devrait les rappeler fermement à l’ordre et au respect les règles déontologiques du syndicalisme.

 

Sans modification profonde de son comportement, ce « syndicat » mériterait d'être dissous en raison de l’atteinte qu’il porte à la dignité même de la justice. Ce « mur des cons » est un mur de la honte.

 

Par ailleurs, la Garde des Sceaux, garante de l’impartialité des juges, doit saisir le Conseil Supérieur de la magistrature dans les meilleurs délais sur cette affaire gravissime.

mer.

24

avril

2013

Le programme de stabilité des socialistes mène la France au bord de l'abîme

Le gouvernement a rendu public le programme de stabilité qu'il a transmis à la Commission européenne : il se résume à une nouvelle augmentation des prèlévements obligatoires, à un renoncement à revenir à l'équilibre de nos comptes publics et à une incapacité à réduire la dépense ; la politique économique de François Hollande mène la France au bord de l'abîme.

 

Manifestement, le gouvernement n'a tiré aucune leçon de ses 11 mois d'échecs économiques : le chômage explose dans des proportions inédites et le pouvoir d'achat a reculé pour la première fois depuis 1984...En raison des hausses massives d'impôts qui étouffent les ménages et les entreprises.

Et pourtant le gouvernement persiste sur la même ligne ; après plus de 30 milliards de prélèvements votés en moins d'un an, le programme de stabilité prévoit 10 milliards de taxes supplémentaires pour 2014.

Le taux de prélèvements obligatoires va ainsi grimper à 46,5% du PIB.

Les familles, les retraités, les entreprises sont ciblés... Aux mêmes causes, les mêmes effets : la récession et le chômage sont au bout de cette préférence pour l'impôt !

 

Le FMI et le Haut Conseil des Finances publiques, affirment que la France sera en recession en 2013.

Le Haut Conseil note ainsi que "les perspectives d'une nouvelle hausse des prélèvements obligatoires, prévue en 2014, pourraient inciter les ménages à accroître leur épargne." En clair, ces hausses vont casser la consommation, et donc ce qui reste de croissance...

Si le gouvernement augmente ainsi les impôts, c'est qu'il n'a pas le courage pour couper dans les dépenses... qu'il prévoit même d'augmenter chaque année jusqu'en 2017.

 

Incapacité à baisser les dépenses, compensée par un matraquage fiscal mortifère : voici toute l'impasse économique dans laquelle s'enferre le gouvernement.

 

dim.

21

avril

2013

Un week-end amical et militant en Corse

Ces 19, 20 et 21 avril, à l'invitation de mon ami Sauveur Gandolfi-Scheit, député de la Haute Corse, j'ai eu le plaisir d'accompagner avec quinze parlementaires, le président de l'UMP, Jean-François Copé en déplacement à Bastia.

Soirée traditionnelle corse, visite du port de Saint Florent, repas républicain avec les élus locaux du département.... et de la politique !

Un temps fort de la vie politique en Haute Corse, avec un accueil très chaleureux à la mairie de Biguglia dont Sauveur Gandolfi-Scheit est le maire et un extraordinaire meeting qui a réuni près de 500 personnes venues écouter Jean-François Copé.

Enfin,malgrès une pluie abondante dimanche matin, nous sommes allé à la rencontre des habitants sur le marché de Bastia.

 

Lire la suite

dim.

14

avril

2013

Un week-end "sur le terrain"

Lire la suite

ven.

12

avril

2013

Le déni de démocratie

La décision précipitée du gouvernement d’avancer sans raison l’examen en seconde lecture du projet de loi sur l’ouverture du mariage et l’adoption pour les couples de même sexe, est une volonté délibérée de passer en force au Parlement alors qu’aucune préparation préalable sur l’examen de ce texte en seconde lecture ne sera possible.

 

Le déni de démocratie est d’ailleurs renforcé par le fait que l’article 4 bis de la loi votée au Sénat autorise des ordonnances pour appliquer ce projet !

Empétré dans le scandale Cahuzac, au point d'afficher la volonté de jeter l’opprobre sur tous les élus, il s’agit là pour le gouvernement d’une manœuvre supplémentaire de diversion qui vise à détourner l’attention de nos concitoyens.

 

Le but pour la gauche est également de court-circuiter la grande manifestation prévue le 26 mai prochain à Paris contre ce projet de loi. Quel mépris pour le Parlement comme pour le peuple français et ces milliers de personnes qui sont descendues pacifiquement dans la rue !

 

Pourquoi faire passer en urgence ce projet qui divise profondément les Français alors que leurs priorités sont ailleurs : emploi, pouvoir d’achat, sécurité, immigration ?

mer.

03

avril

2013

Une affaire d'Etat...

Cahuzac : le pourfendeur de la fraude fiscale...
Cahuzac : le pourfendeur de la fraude fiscale...

L’affaire Cahuzac est une véritable bombe, mais avec des effets bien plus graves et insidieux que l’on veut bien le dire. Au niveau de l’homme, comment peut-on concevoir que celui qui disait mener la lutte contre la fraude fiscale avec acharnement – il en avait même fait son cheval de bataille à la présidence de la commission des finances de l’assemblée – était en fait, si les faits sont avérés et sa confession semble l’attester- un fraudeur historique et de grande envergure.

Comment notre administration fiscale pourra-t-elle, dans les semaines et mois qui viennent, continuer à faire son travail face à des contribuables déjà largement ponctionnés et qui vont être « invités » à payer la facture de la gauche au pouvoir.

Comment un gouvernement peut-il se dire compétent et avoir ignoré la réalité du dossier Cahuzac, alors même que des informations remontaient depuis au moins quatre mois tant de France que de Suisse. Entre Pierre Moscovici, Christiane Taubira, Manuel Valls, lequel savait et s’est tu ou, à l’inverse, si Matignon ou l’Elysée ont été informés, pourquoi ont-il couvert ce qui est à l’évidence une affaire d’état ?

Monsieur Hollande croit pouvoir s’en sortir la bouche en cœur, avec trois mesurettes sur la moralisation de la vie publique. Mais il devrait comprendre que cela ne calmera pas le poison qui s’est instillé dans la société française : la gauche morale est morte, emportée par cette nouvelle affaire qui est loin d’être la dernière, le trésorier de la campagne de François Hollande étant maintenant sur la sellette.

C’est grave pour la gauche, mais plus encore pour la France, alors qu’il reste quatre ans de mandat présidentiel et que nous devons affronter la crise économique la plus terrible depuis 1929, aggravée par les erreurs de la gauche depuis un an.

 Crise économique plus crise morale, c’est un cocktail explosif qui a conduit dans l’entre deux guerres à la victoire des totalitarismes.

Et chacun sait que les mêmes causes produisent les mêmes effets…