dim.

19

févr.

2017

Echauffourées en banlieue : Franconville touchée à son tour

 

 

 

Après Aulnay-sous-Bois, Bobigny, Villepinte, Argenteuil, les incendies volontaires qui ont détruit plusieurs véhicules dans la nuit de vendredi à samedi dans le quartier de la Fontaine Bertin à Franconville sont inqualifiables.


Les auteurs de ces destructions ont également insulté et menacé les pompiers, ce qui a nécessité le déploiement d’un important dispositif policier pour sécuriser les lieux avant que les opérations pour éteindre les incendies ne puissent rependre dans des conditions normales.


Aucun prétexte, aucune raison, ne saurait justifier un tel comportement, ceux qui ont perpétré de tels actes n’ont pas seulement détruit les voitures particulières des résidents, ils ont aussi détruit des véhicules appartenant aux commerçants du quartier qui sont des outils de travail indispensables pour plusieurs salariés vivants également dans ce quartier.


Nous attendons désormais de la justice des sanctions exemplaires envers ceux qui troublent l’ordre public gratuitement et par une violence aveugle.


Je tiens à saluer à cette occasion, le courage et l’abnégation des pompiers ainsi que des policiers qui sont intervenus et je veux assurer de mon soutien l’ensemble des résidents et des commerçants installés à la Fontaine Bertin dont je partage la légitime indignation face à de tels actes.

 

jeu.

09

févr.

2017

Effet de loupe sur le programme de Benoit Hamon

Immigration, cannabis, PMA,.... Benoit Hamon c'est la France du laxisme

Peu soucieux de créer un appel d’air, Benoît Hamon souhaite mettre en place une politique pro-migrants. Il veut ainsi verser une allocation d’insertion pour les migrants, sans en préciser le montant, et donner une autorisation de travailler aux demandeurs d’asile après trois mois de présence sur le territoire.

 

De même, il propose la création d’un visa humanitaire donnant un accès légal et sécurisé au territoire français pour un accueil et une protection temporaire des réfugiés de guerre, de la répression, de la détresse économique ou climatique.

  

« Nous n’avons pas été à la hauteur, nous avons accueilli si peu de migrants », déplore-t-il sur BFMTV, le 15 janvier dernier, alors même que la France ne parvient pas aujourd’hui à absorber les flux migratoires.

  

Enfin, Benoît Hamon n'impose aucune barrière à la société et se positionne en faveur de la légalisation du cannabis et de l’ouverture d’une PMA à tous. Arnaud Montebourg a fait ouver­tement savoir son désaccord quant à la dépénalisation du cannabis, tout comme Manuel Valls sur BFMTV, le 15 janvier dernier, et de s’alarmer sur cette proposition : « Il faut des interdits dans une société, des règles. Nous connaissons les effets du cannabis sur les plus jeunes ».

 

...Et des ambiguïtés sur la question de la laïcité

Lire la suite

mer.

08

févr.

2017

Révision du Contrat de Plan Etat-Région Île-de-France

Valérie Pécresse et le Premier ministre, Bernard Cazeneuve, ont signé le 7 février, un avenant au Contrat de plan État-Région (CPER) 2015-2020 pour la région Île-de-France.

 

Le Contrat de plan fixe les grandes priorités d’investissement en Île-de-France d’ici 2020 et les financements que l’État et la Région s’engagent à y consacrer, avec la contribution des collectivités locales et des opérateurs compétents.

 

7,4 Mds€ d’investissements

 

Avec l'arrivée de nouveaux exécutifs régionaux et les évolutions de compétences liées aux dernières réformes territoriales, l'État et la Région ont décidé de mettre à jour ce Contrat de plan.

 

Cette révision s’accompagne d’une revue à la hausse des engagements, dans l’objectif commun de soutenir l’investissement en Île-de-France.

Le Contrat de plan 2015-2020 pour l’Île-de-France représente désormais un montant d’investissements de l’État et de la Région de 7,4 Mds€, dont 4,4 Mds€ pour la Région et 3 Mds€ pour l’État.

 

Dans cette enveloppe, 5,3 Mds€ seront consacrés aux transports. Le Contrat, ainsi revu, est aussi mieux adapté aux calendriers des projets et aux capacités de financement des partenaires, ce qui permettra d’accélérer la réalisation des investissements.

 

60 M€ supplémentaires pour les transports

 

L'État et la Région ont décidé d’augmenter de 30 M€ chacun leur investissement pour le réseau routier francilien, afin d’apporter des réponses appropriées à la congestion qui génère perte de temps et pollution ; cet investissement supplémentaire permettra la réalisation d’opérations structurantes pour la fluidité du trafic comme le contournement routier de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle par l’est, ou encore les aménagements de l’autoroute A86, qui subit une congestion chronique.

 

Sur le volet mobilité, la révision du Contrat de plan prend aussi en compte le bouclage du financement d’opérations de transport en commun majeures, telles que le prolongement d’Eole à l’ouest, l'électrification de la ligne P Paris-Troyes, le tram-train Massy-Évry et le tramway T9. Les bases du financement des transports du Nouveau Grand Paris sont ainsi renforcées.

 

L’enseignement supérieur et la recherche ont été l’autre secteur prioritaire de cette révision du Contrat de plan. La Région a procédé, avec l’accord de l’État et en concertation avec les établissements concernés, à un rééquilibrage territorial de ses crédits notamment au bénéfice des communautés d’universités et d’établissements « Paris Seine » (Cergy-Pontoise).

 

lun.

30

janv.

2017

Objectif plein emploi ?

 

Une seule idée ressort de la primaire de la gauche, le revenu universel garanti, sujet qui a suscité les plus longs échanges, bien que son simple coût, 400 milliards d’euros annuels, soit l’équivalent du budget actuel du pays, aurait dû le disqualifier en quelques secondes.

 

Au-delà de l’incongruité du sujet, un projet de revenu versé à tous les Français à partir de l’âge de 18 ans sans reposer sur un quelconque travail montre bien dans quel état de déliquescence idéologique se trouve la gauche.

 

Sans ressource et sans idée pour endiguer la montée inexorable du chômage de masse, elle en est réduite à proposer des solutions qui n’auraient même pas été retenues par un régime collectiviste au temps de la guerre froide.

 

Privilégier l’économie au traitement social

 

Le faible et tardif regain sur le front du chômage ne trompe même pas les Français sur l’ampleur du désastre : avec près de 10% de demandeurs d’emploi à l’issue du mandat de François Hollande, la France est à des années-lumière de l'Allemagne (4,1%) ou du Royaume-Uni (4,7%).

 

Pire encore, ce résultat catastrophique est obtenu grâce à un recours massif aux emplois aidés (1,5 millions).

La France a fait depuis trop longtemps le choix de préférer le subventionnement de l’emploi et le traitement social du chômage à la libéralisation du marché du travail.

 

Or, les résultats démontrent que le traitement social du chômage conduit à étatiser l’emploi, dénaturer le prix du travail et entraîner des effets d’aubaine. Il est temps de mettre fin à ces mesures archaïques, imaginées par les socialistes mais hélas trop souvent reprises par une droite elle aussi en manque d’imagination.

 

Seules la compétitivité économique des entreprises et une forte productivité du travail de la main d’œuvre peuvent entraîner la reprise de l’emploi nous ramener vers le plein emploi que nous avons perdu de vue à la fin des années 1970.

 

Deux axes essentiels doivent être privilégiés pour qu’à terme nous puissions diviser le nombre de chômeurs par deux, afin de ramener, en l’espace de quelques années, le pays au plein emploi avec un taux de chômage à 5%.

 

Premier axe : mettre en place un environnement favorable à la création d’emplois par les entreprises.

 

Mesures : Baisse de 50 milliards d’euros des charges et impôts sur les entreprises, économies de 110 milliards en cinq ans sur le budget de l’Etat, refonte de la fiscalité du capital en instaurant une taxe forfaitaire modérée et en supprimant l’ISF, réorientation de l’épargne vers l’investissement, simplification du code du travail et du contrat de travail.

 

Second axe : faciliter l’accès à l’emploi.

 

Mesures : suppression des emplois aidés et redéploiement des fonds associés vers les entreprises pour supprimer les charges sociales sur l’apprentissage et le développer comme en Allemagne (1,5 millions d’apprentis contre 0,4 millions en France), plafonnement des allocations chômage à 75% avec une dégressivité, réforme en profondeur de la formation professionnelle, création d’une prestation sociale unique permettant un meilleur contrôle de toutes les aides accordées par l'État et pour que les revenus du travail soient toujours supérieurs à ceux de l’assistance.

 

Enfin, le développement du travail indépendant, avec le renforcement de auto-entrepreneuriat et la réforme du régime social des indépendants (RSI).

 

Ce qui est révolutionnaire dans ce programme, c’est l’idée que l’emploi reviendra en France par les entreprises et non du fait de l'État.

Sans oublier de s’inspirer sur ce qui fonctionne à l’étranger, ce qui n’est pas dans les habitudes en France, car notre technostructure a toujours été persuadée que c’est elle qui détenait la vérité.

 

Il est temps que de nouvelles vérités s’imposent pour que l’on puisse, comme certains de nos voisins, revenir au plein emploi.

 

ven.

27

janv.

2017

54 contrats pour améliorer les lignes de bus d’Île-de-France

Notre territoire n’est pas oublié… Enfin !

 

Jeudi 26 janvier, au Conseil d'Administration extraordinaire du STIF,

adoption de 54 nouveaux contrats d’exploitation de réseau de bus

en Île-de-France.

 

Ces nouveaux contrats vont permettre au STIF et aux opérateurs de transport d’accélérer le déploiement des améliorations des réseaux en petite et grande couronnes dans les prochains mois.

  

La voie est ouverte pour la mise en place de la restructuration rapide de la ligne 30.03 de Franconville et la prolongation de la 30.12 de la gare de Cormeilles-en-Parisis, à celle de Franconville.
Un dossier sur lequel je suis engagé fortement depuis plusieurs années qui aboutit enfin !

   

Merci à Yannick Boëdec, président de l'agglomération du Parisis pour son soutien permanent.

    

Pour les franconvillois -entre autres- c'est un plus grand nombre de bus, une fréquence multipliée par deux, des horaires élargis, des temps de parcours raccourcis...

    

Ce dispositif sera complété avec la mise en service par l'agglomération de deux "Services Réguliers Légers" ; un au sud de la gare de Franconville, et l'autre au nord.

 

Grâce à Valérie Pécresse, le "Grand Paris des Bus" se met en place, en rééquilibrant les offres de transports au profit de la grande couronne.

  

L’ensemble des contrats représenteront un volume d’engagement financier de plus de 700 millions d’euros par an pour le Syndicat des Transports d’ Île-de-France.

 

dim.

22

janv.

2017

STOP INTOX !

Sécurite Sociale : ce que veut François Fillon

 

A aucun moment François Fillon n’a voulu ou ne voudrait privatiser l’assurance maladie.

La gauche faisait les mêmes accusations en 2003 et 2010 pour les réformes des retraites.

Or, non seulement François Fillon n’a pas supprimé ou privatisé les retraites lorsqu’il était ministre puis Premier ministre, mais il a au contraire sauvé le système de retraites par répartition.

Pour lui, la Sécurité sociale, et tout particulièrement l’assurance maladie, sont un des fondements de notre pacte national !

 

Mais il faut réformer la Sécurité sociale pour la sauver.

Tout ne va pas bien, il faut avoir le courage de le dire et d’agir. Déficit chronique, bureaucratisation des procédures, urgences en surchauffe, déserts médicaux.

 

Que propose réellement François Fillon ?

1. mieux articuler Sécurité sociale et organismes complémentaires, en clarifiant leurs rôles réciproques.

 

2. simplifier les nombreux dispositifs de franchise et de ticket modérateur pour donner plus de transparence et ainsi favoriser la responsabilisation des assurés sur leurs dépenses.

 

Dans l’immédiat, François Fillon va demander à des experts indépendants de réaliser un audit des comptes sociaux. Puis il organisera une convention qui précisera son projet présidentiel pour la santé, en concertation avec les professionnels de la santé de tous les secteurs.

 

mar.

17

janv.

2017

Île-de-France : un budget 2017 pour une Région conquérante, exemplaire et réconciliée.

La semaine prochaine l'Assemblée régionale va voter son budget pour 2017. Le premier "vrai" budget de la nouvelle majorité de Valérie Pécresse.

 

Ce budget confirme la volonté de la région Île-de-France de devenir une collectivité d'investissements pour l'avenir des franciliens.

 

La stratégie budgétaire régionale pour 2017 est marquée par la poursuite de la rationalisation de nos dépenses de fonctionnement (-3,9%) et une forte hausse des investissements (+17,7%).

En deux ans, la région affichera une économie de dépenses de fonctionnement de 253 M€, soit 21 € par francilien et 64% des économies annoncées dans notre engagement de campagne.

 

Cet effort est d'autant plus marqué que la région subit dans le même temps une baisse de ses ressources de 227,3 M€ depuis 2015, due à une baisse des dotations de l'Etat et à la hausse de notre contribution à la péréquation en faveur des collectivités locales à hauteur de 69 M€.

 

Parallèlement, la région Île-de-France se montre offensive en allant chercher les fonds européens "oubliés" par la précédente majorité.

Elle mobilisera 184 M€ en 2017, huit fois plus qu'en 2015 (merci Stéphanie Von Euw, Pierre Lequiller et Sébastien Couty).

 

Voir plus d'informations ci-dessous.

 

REGION BUDGET 2017.pdf
Document Adobe Acrobat 84.3 MB

dim.

01

janv.

2017

BONNE ANNEE 2017 !

Je vous présente mes vœux les plus sincères de santé, de bonheur dans votre vie familiale et de réussite professionnelle pour la nouvelle année.

 

Que 2017 soit une année d’espérance pour la France.

Bonne année à tous et à toutes !